<< Précèdent
Suivant >>
Sommaire
Timbres Poste
Timbres Aérien
Blocs - Feuillets
Timbres Taxe
Timbres de service
Entier Postaux
P.A.P.
 
Cartes - Histoire
Aérogramme

Aide
Lexique
Droits d'auteur

Mots Traduit  Graveurs & Dessinateurs

Info du Gabon Epreuve Info
Documents

 

Carte & HISTORIQUE

IDDN Certification

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape

 

 

 

Pour écouter  l'hymne et voir les paroles cliquer ici      

Situé de part et d'autre de l'Équateur, le Gabon a une superficie de 267,667 km2, soit environ la moitié de la France. Il s'ouvre à l'ouest de l'Océan Atlantique par une façade maritime de 800 km de côtes avec des plages de sable fin. Le reste du territoire est entouré au nord par la Guinée Équatoriale et le République Unie du Cameroun, au sud et à l'est par la République Démocratique du Congo.

Son climat est de type équatorial, se caractérisant par d'importantes précipitations, allant de 2 500 mm dans certaines régions, avec une chaleur variant de 22° à 32°. On y distingue quatre saisons : La petite saison sèche : de décembre à janvier, avec un ciel bleu et très peu de pluies; La grande saison sèche : de mai à septembre, avec un ciel assez souvent gris, sans pluies et des matinées douces; La saison des pluies : d'octobre à novembre, avec des précipitations abondantes suivies d'ensoleillement; La grande saison des pluies : de février à avril : avec de violentes averses accompagnées de tornades.

Le Gabon a un relief varié où dominent des plateaux et des collines découpées par de nombreux cours d'eau. On y trouve des récifs montagneux et des plaines parfois marécageuses. En plus de ressources naturelles de la forêt, le sous-sols du Gabon renferment d'importantes richesses : le pétrole et le manganèse. Les richesses minières sont le diamant, l'or, le marbre. Mais l'inventaire minier du Gabon n'est pas encore achevé. De nouvelles richesses se cachent peut être dans ce milieu physique épais et dense. En effet, la forêt gabonaise couvre environ 22 millions d'hectares soit près de 85% de la superficie du pays. Elle recèle en effet de plusieurs variétés d'arbres ( plus de 80 000) dont le célèbre okoumé, l'acajou, l'ozigo, le kévazingo, le sipo, l'alep....Près de 40% de la superficie forestière demeure encore inexploitée.

Le Gabon a une population de 1 250 000 habitants, se retrouvant à Libreville, la capitale et les villes ayant des activités économiques importantes comme Port-Gentil, Franceville ou Lambaréné. Le Gabon connaît une grande diversité ethnique ( environ 48 ) réparties en six groupes : les Fang, les Zebie, les Punu, les Myene, les Teke, les Toka.

Qu'il s'agisse du tourisme industriel, du tourisme de découverte, ou de loisirs, tout voyageur peut s'offrir un séjour agréable et savourer en toute quiétude l'ensemble des potentialités touristiques que recèle le Gabon. Libreville, Mayomba, Port-Gentil présentent de belles plages ombragées de cocotiers . La pratique de tous les sports nautiques, de plongée sous marines, de pêche au gros, la pêche sportive qui sont praticables en toutes saisons, sur toute la côte ouest, c'est à dire de Libreville, au nord, à Mayoumba, au sud, viennent enrichir les activités de loisirs au Gabon.

Lambaréné, ville mondialement connue à travers l'hôpital du célèbre Docteur Albert SCHWEIZER, possède des lacs d'une beauté étonnante. Le Haut-Oogoué avec ses canyons, ses plateaux et son pont de liane, l'Oogoué Ivendo avec ses chutes impériales de l'Ivendo, l'Oogoué Lolo avec ses grottes, , la Ngounie avec le centre climatique d'Eteke encore non exploité, et Mbigou, qui a donné son nom à la célèbre pierre sculptée pour vos souvenirs et objets décoratifs, l'église de la Mission Sainte Anne construite pour le célèbrissime architecte Eiffel, le Woleu-Ntem, capitale de la vannerie traditionnelle font du Gabon un pays aux richesses touristiques très variées.

Le domaine de la chasse et les réserve de faune se situent dans la zone côtière des savanes d'Iguela, Sette-Cama et dans la Nyanga. Au centre, dans la forêt des Abeilles et la savane de l'Okanda, on trouve les réserves de la Lopé et de l'Offoue, accessibles par voie ferrée. Près de Libreville, on peut découvrir le parc national de Wonga Wongue.

Le tourisme au Gabon est une révélation du monde équatorial aux milles couleurs, dont un retour à l'état naturel, dans un environnement énigmatique, où le visiteur se familiarisera avec les signes de l'eau, de la faune, de la forêt. Il sera initié aux comportements des diverses espèces animales et découvrira l'image d'un monde non agressé par la pollution, la grande générosité de la nature, renfermant d'innombrables richesses découvertes au rythme de la vie.

 

HISTOIRE ET POLITIQUE

Histoire ancienne:


La date des plus anciens habitants connus du Gabon, avant l'arrivée des pygmées, remonte à 5000 ans avant JC.


Jusqu'au XI
e siècle après JC, les Pygmées sont les seuls habitants du Gabon. Peuple pacifique, ils vivent en parfaite communion avec la forêt qui les nourrit et les protège. Mais d'autres tribus agressives et techniquement plus évoluées sont venues s'installer, les reléguant au tréfonds de la forêt équatoriale couvrant 80% de la superficie du Gabon.

La grande vague migratoire des Bantous a atteint le Gabon à une date encore mal déterminée: peut-être vers le XIe ou le XIIe siècle. Les migrations se sont poursuivies jusqu'au XIXe siècle, avec l'arrivée massive des Fangs. Autrefois, le Gabon était une zone active sur le plan économique, notamment grâce au commerce qui empruntait les voies d'eau vers l'intérieur des terres. Le royaume du Loango aurait été fondé au XIVe siècle, dans le sud du Gabon actuel. Le ma Loango (souverain) descendait d'une longue dynastie de chefs forgerons et son peuple le vénérait comme un magicien. La famille du roi participait activement aux affaires politiques. Au XVe siècle, le Loango tomba sous la tutelle de son puissant voisin, le Kongo. Il ne s'en libéra qu'au XVIIe siècle, lorsque les Portugais s'emparèrent du Kongo.

       

·         L'arrivée des Européens:

Les premiers navigateurs portugais atteignirent l'embouchure du Gabon en 1472. Le Portugais Diogo Cam, le premier, explora la côte gabonaise en 1484. Le nom de Gabon viendrait du portugais gabão (qui a donné en français le mot caban), vêtement porté par les marins et dont la forme ressemblerait à l'estuaire du fleuve.
Au XVII
e siècle, les Portugais durent abandonner le terrain aux Hollandais. Les Britanniques et les Français se joignirent ensuite aux échanges que la traite des esclaves rendait très fructueux.
Au XIX
e siècle, celle-ci atteignit son apogée dans la région. Des produits de la forêt intéressaient les Européens: en premier lieu le caoutchouc puis le bois.
En 1839, Bouët-Willaumez signa une convention avec un chef mpongwé, Rapontchombo, dit «le roi Denis», consacrant la présence française sur la rive gauche de l'estuaire du Gabon. D'autres accords avec les chefs Louis Dowe, Glass, Quaben et Georges, permirent à la France de s'implanter plus largement. A partir de 1848, les Français luttèrent contre la traite clandestine.
En 1849, ils fondèrent Libreville, «village de libertés» pour les esclaves libérés des bateaux clandestins.
En 1862, la France signa le traité du cap Lopez avec les représentants de la population locale. Les missionnaires, à l'instar de Mgr Bessieux, commencèrent l'évangélisation des populations.
Bien implantés sur la côte, les Français se lancèrent à la découverte des régions intérieures. Les voies les plus accessibles étaient fluviales. Ce fut donc l'affaire des explorateurs et surtout des officiers de marine: Serval, Aymes, P. du Chaillu, Pierre Savorgnan de Brazza puis son frère Jacques...
En 1891, le Gabon fut détaché des Etablissements français du golfe de Guinée.
Les décrets de 1903, 1906 et surtout 1910 constituèrent le Gabon et l'AEF (Afrique-Equatoriale Française). Libreville perdit son rôle de chef-lieu de l'Afrique centrale française au profit de Brazzaville. Les frontières du Gabon se profilèrent au XXe siècle: avec la Guinée espagnole en 1900, avec le Cameroun allemand (Kamerun) en 1908 et 1911. La frontière avec le Congo, tracée en 1886, fut remaniée pour permettre la construction du chemin de fer Congo-Océan. Le Haut-Ogooué ne revint au Gabon qu'en 1946.

 

·    La colonisation:

Comme pour les autres colonies de l'AEF, le premier âge colonial fut celui des grandes compagnies concessionnaires, qui exploitèrent l'ivoire, le caoutchouc et surtout, dans le cas du Gabon, le bois d'okoumé, essence servant à la fabrication du contreplaqué. Après la Première Guerre mondiale, les perspectives de la forêt semblaient infinies et de nombreux colons se lancèrent dans l'aventure du bois. Beaucoup firent faillite pendant la crise économique des années 1930. L'instauration de l'impôt par tête et du travail forcé contraignit les populations à intégrer l'économie coloniale, dans des conditions pénibles: les salaires versés par les grandes compagnies étaient souvent dérisoires et les mauvais traitements fréquents. A partir de 1913, le Dr Albert Schweitzer fit construire un dispensaire à Lambaréné et tenta de mettre en oeuvre une colonisation plus humaine.
La Seconde Guerre mondiale marque un tournant dans l'histoire du Gabon. En 1940, quelques jours après la prise de Libreville par les Alliés, l'administration coloniale se rallia au général de Gaulle. Comme en 1914, de nombreux Gabonais furent enrôlés dans l'armée française. En contrepartie de leur contribution, ils espéraient que le régime colonial serait assoupli. Après la guerre, deux personnalités politiques s'affirmèrent: Jean-Hilaire Aubame, député au Parlement français, et Léon M'Ba, maire de Libreville et fondateur du Bloc Démocratique Gabonais (BDG). Le statut du Gabon évolua, avec la création de l'Union française en 1946 et la loi-cadre de 1956. Le référendum de 1958 sur la Communauté française reçut 92% de «oui» et, le 17 août 1960, le Gabon accéda à l'indépendance et devint une république autonome.

 

·    Le Gabon contemporain:

En 1961,
Léon M'Ba fut élu président.
En 1964, Jean-Hilaire Aubame prit le pouvoir par un coup d'État, mais une intervention militaire française réinstalla Léon M'Ba à la tête de l'État.
A la mort du président en 1967, le vice-président Albert Bernard Bongo (devenu Omar Bongo, à partir de 1973) lui succéda.
En 1968, Bongo créa le Parti Démocratique Gabonais (PDG), parti unique, et se consacra au développement économique du pays, fondé sur l'exploitation des réserves pétrolières.
En 1981, un parti d'opposition non autorisé se créa: le Morena (Mouvement de redressement national).
En 1990, devant le mécontentement populaire né des difficultés économiques et de la mainmise d'un parti unique sur le pouvoir, le président Bongo a dû accepter l'ouverture politique; et la tenue d'une Conférence Nationale aboutit à la restauration du multipartisme. Toutefois, l'opposition, morcelée, n'est pas parvenue à s'imposer.
En décembre 1993, des élections présidentielle et législatives -contestées- ont vu une nouvelle victoire du parti gouvernemental et la réélection d'Omar Bongo à la présidence, devant le principal concurrent de l'opposition,
le père Paul Mba Abbessole .
En 1994, la dévaluation du franc CFA a plongé une partie de l'économie dans une crise que le pays, qui a quitté l'OPEP, s'emploie avec succès à surmonter.
En janvier 1999, le président Bongo est reconduit à la tête de l'État et nomme Jean-François Ntoutoume-Emane Premier ministre.


Résumé et dates importantes:

    •   1472 découverte de l'estuaire du fleuve Como par les Portugais, dont la forme rappelle le "caban", d'où le nom de "Rio di Gaboa", qui donnera plus tard celui de Gabon.
    •   9 février 1839 signature d'un traité de protectorat entre le chef Pongwe Antchouwe Kowe Rapontchombo et le capitaine de Vaisseau Bouet Willaumez .
    •   1849 fondation de Libreville par les esclaves libérés.
    •   1886 le Gabon devient une colonie française.
    •   1899 le Gabon est rattaché au Congo français.
    •   1910-1958 le Gabon fait partie de l'Afrique Équatoriale Française (AEF).
    •   1958 proclamation de la République Gabonaise.
    •   17 Août 1960 Indépendance. Léon Mba est président.
    •   1964 coup d'État militaire. Intervention française et ré investiture du Président Léon Mba.
    •   Depuis 1967 Albert Bernard (plus tard Omar) Bongo est président. Il a été réélu en 1973, 1979, 1986 et 1993 (lors des premières élections pluralistes).
    •   1968 institution du Parti Unique.
    •   1990 Conférence Nationale, Multipartisme et démocratie.
    •   1998 Omar Bongo est réélu président.
    •   2005 Omar Bongo est réélu président pour sept ans.
    • 7 juin 2009 décès du président Omar Bongo a 73 ans et 41 ans de présidence